Le Dharma, pas à vendre

le 16 janvier 2011

Nous passons d’excellents moments avec mon oncle ces jours-ci. Mon père est ravi, et je suis tellement heureux de les voir ensemble et de pouvoir passer du temps avec eux. Chaque heure de chaque journée est remplie de bénédictions. C’est comme « une pluie de bénédictions ». Nous avons tous ici de nombreuses grandes opportunités de recevoir des Wang ou des transmissions de pouvoir, des initiations très précieuses de mon oncle. Je n’ai demandé à personne de faire toute une histoire pour la visite de mon oncle. Comme vous le savez tous, j’ai toujours le sentiment que le Dharma est trop précieux pour être « vendu » de façon mondaine. À moins que l’on n’ait une motivation parfaitement pure, je pense même que le Dharma ne devrait pas être promu, comme un produit commercial, où le gourou se conduit comme un vendeur d’un « produit », le Dharma, dans des lieux plein de monde ou populaires, parce que parfois le Dharma devient un bien de consommation non respecté auquel personne, nulle part, n’accorde de valeur.

Cette fois-ci, en raison de ma démarche « détachée de ce monde », nous participons à un rassemblement aussi important dans un endroit modeste tel que Mont Druk Amitabha, sans que beaucoup de personnes ne soient au courant. De plus, je n’ai même pas pris la peine de préparer une fiche d’annonce d’une page ou de passer un seul coup de fil pour prévenir les gens. Mais étrangement, il commence à avoir un tas de monde qui arrive. Nous commençons d’ailleurs à nous préoccuper des conditions de vie sur place, des possibilités de restauration et même du parking. Mais bien sûr, d’une autre manière, je suis très heureux de voir autant de personnes que possible se joindre à nous parce que cela aura de grands bienfaits.

La beauté de ce rassemblement est que c’est très simple, mais plein de bénédictions. Et aussi, quand j’entends des milliers de fois les gens en train de dire, « je ne savais pas qu’il y avait une si grande initiation là-bas », d’un point de vue égoïste je suis très fier car c’est signe que je ne suis pas influencé par les dharmas mondains.

En parlant des dharmas mondains, le Bouddha Dharma ne devrait jamais être pratiqué avec l’idée de le vendre pour ses gains ou son renommé personnels. Bien sûr, pour réussir dans ce monde, nous avons besoin de richesse, de renommé et de santé. Nous avons besoin de plein de choses ! Mais je pense que toutes ces choses devraient être procurées par d’autres moyens, plutôt qu’en vendant le Bouddha Dharma. Quand vous commencez à vendre le Bouddha Dharma pour votre propre bien, alors c’est la pratique des dharmas mondains, ce que je pense, et si je puis dire, le Bouddha Shakyamuni abhorrerait. Le principal objectif de l’enseignement Triyana du Bouddha Shakyamuni fut d’anéantir ce genre de motivation et d’attitude. Mais de nos jours, et dans ce monde, la plupart d’entre nous nourrissent ce genre d’attitude chaque fois que nous faisons une quelconque pratique du Bouddha Dharma. Quand je me regarde, je me sens également très triste. Je semble nager parfois dans cette boue, même si je fais de mon mieux pour m’en sortir et me sécher immédiatement avec la serviette de la sagesse ou de la vigilance. Mais de temps en temps, sans vigilance, je me trouve souvent de retour dans la mare boueuse des dharmas mondains, et cela m’attriste beaucoup.

Ce n’est pas important combien votre vie est haute en couleurs, ou combien vous êtes riche ou connu. Tant que vous vous trouvez dans cette mare boueuse, c’est réellement une situation très difficile. Parfois, surtout dernièrement, quand j’observe cet événement particulier présider par mon oncle, je suis vraiment heureux que je puisse, avec tous les pratiquants au Mont Druk Amitabha, survivre sans vendre le Dharma. Mon oncle est un si grand maître, et il donne un si grand enseignement, si riche en vibrations, à un groupe tellement magnifique de jeunes filles remplies de dévotion, nos nonnes du Mont Druk Amitabha et aussi de nombreux moines qui pratiquent ici sous mes conseils. Je dirais que toute l’assemblée, le gourou et les disciples, sont relativement divins dans le sens d’une motivation correcte et d'un comportement très sage, et dans la mesure où naturellement ils ne sont quasiment pas poussés par les dharmas mondains en ce genre d’occasion divine. Si le Dharma n’est pas pratiqué pour obtenir l’éveil, mais plutôt en tant qu’activité sociale ou pour obtenir des connexions politiques, alors à quoi bon l’appeler le Dharma ? Je crois que nous pouvons toujours entreprendre d’autres activités pour notre propre plaisir et laisser le Dharma tranquille, à la place qui lui convient. Laissez le Dharma opérer comme un remède qui guérit la souffrance du samsara, et ne le laissez pas agir comme un poison. Si le Dharma est à vendre pour la jouissance personnelle, alors la lignée peut être à vendre aux même fins, et votre âme et votre esprit aussi.

Je ne veux pas dire qu’il ne faut jamais désirer le renom, la nourriture ou la richesse. Ce que j’essaie de dire est qu’il ne faut jamais profiter des attractions mondaines pour son propre plaisir en vendant le Bouddha Dharma. C’est la seule chose que je m’efforce de communiquer à tout le monde. Vous devez tous comprendre ce à quoi je fais allusion. En le disant ici, cela m’aide à me hisser hors de la mare boueuse. En le tapant, j’avance vers deux grands objectifs, le premier étant de m’aider à sortir de ce désordre, et le deuxième étant, je l’espère, de faire comprendre à de nombreuses personnes ce que le Bouddha Dharma veut dire réellement, et de quelle manière le Bouddha Dharma doit être pratiqué, et quelle fut la motivation du Bouddha Shakyamuni quand il commença à enseigner le Triyana.

Ces jours-ci, mon oncle, ou notre maître d’initiation, continue à nous pousser et à nous encourager à prier pour le bien du monde et les êtres dans ce monde. Je ne pense pas qu’il a connaissance de toutes les catastrophes récentes parce qu’il ne connaît pas du tout l’internet, puisqu’il est de l’ancienne génération et ne se sert pas de ce genre de nouvelle technologie. Mais en raison de son omniscience, il sait que les prières sont vraiment nécessaires. Chaque matin, après-midi et soir, il continue à nous encourager à prier et à faire la dédicace de nos prières. Je suis très impressionné par son omniscience. Nous autres personnes modernes savons ces choses grâce à la technologie moderne. Même si mon oncle n’en a pas été informé, il s’en préoccupe beaucoup. Alors grâce à son encouragement, nous faisons des pratiques de toutes sortes afin d’apporter la paix dans le monde.

Comme je le dis toujours, peu importe les prières que nous faisons et comment nous prions, toute cette activité doit être soutenue par des actions correctes. Sinon on n’aura jamais de réponse à nos prières ! À la place, toutes les catastrophes dues à l’activité humaine continueront à se produire partout, comme vous pouvez tous le comprendre en lisant le journal. Nous sommes très malins en les appelant des catastrophes naturelles, mais elles nous sont très liées. Nous les êtres humains créons les causes des catastrophes. Alors il faut vraiment que nous soyons éduqués au lieu de blâmer la nature. La nature a une beauté innée qui n’a pas ce genre d’attitude négative. Nous sommes ceux qui créent ces catastrophes, et nous sommes tellement tordus de les appeler des catastrophes naturelles. C’est très triste. Je me sens toujours très étrange quand je pense à quel point nous sommes tordus et irresponsables les humains.

À tous les lecteurs de ce message, j’aimerais demander que tout le monde agisse avec AMOUR et entreprenne de BONNES ACTIONS avec une BONNE MOTIVATION AUTHENTIQUE.

 

 


 

 


© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer