Ralentissez pour voir plus clair

le 26 avril 2011

Si vous vous souvenez, pendant le Pad Yatra en 2009, j’avais créé le « Club des tortues » pour un groupe de mes amis et étudiants qui n’arrivait pas à marcher aussi rapidement que les autres personnes dans leurs équipes. Alors nous avons dû les réunir dans ce que nous appelions en plaisantant le « Club des tortues ». Dernièrement, je me suis rendu compte que je devrais avec joie me nommer président de ce club.

Vous avez dû tous remarquer que dernièrement j'étais lent à partager des nouvelles et des photos. Je profitais de toutes les choses qui sont lentes. Quelque part, il me semble que nous devrions parfois prendre une pause de la vie à vitesse grand V et ralentir pour regarder autour de nous. Ces jours-ci, j'essaie autant que possible de prendre des trains d'une destination à l'autre. Je dois vous dire, prendre des trains en Inde est l'une des meilleures expériences que vous pouvez vivre. Même si le bureau du tourisme et l'autorité ferroviaire ne me paie pas, j'offre mon service en tant que concitoyen indien pour encourager tout le monde à prendre le train en Inde chaque fois c'est possible. Ce genre de voyage sera bientôt un souvenir d'antan. Quand le développement rapide prendra le dessus, les gens voudront se déplacer rapidement. Les trains lents et bruyants, mais beaux et impressionnants que nous pouvons encore trouver partout en Inde disparaîtront progressivement. Dans le train nous pouvons vivre tant de choses. Nous pouvons voir différents villages, discuter avec les gens dans les autres cabines et acheter quelques spécialités locales et les déguster si nous avons l'estomac solide. Les trains en Inde sont connus pour leur grande variété de nourriture et le thé masala chaud. Je grossis toujours quand je fais un long voyage en train. Si vous avez envie de pratiquer, vous sortez votre mala et votre texte sacré pour faire votre pratique. Personne ne se préoccupera de ce que vous faites !

Vue d'une des gares

Je me souviens quand j'étais très jeune, je faisais des tours de petit train à Darjeeling. C'était les heures précieuses de ma vie. Je peux encore me souvenir de l'odeur du charbon qui brûlait, le « tchou-tchou » que faisait le train et les différentes sortes de gens qui m'entouraient. Même aujourd'hui, j'aime toujours beaucoup regarder ce qui se passe dans le train, ce que les gens font, ce qu'ils mangent, de quoi ils discutent, où ils vont… Il y a tant d'activités liées entre elles et tellement d'occasions d'établir des connexions. Maintenant, nous ne sommes pas vraiment connectés aux gens. Nous sommes connectés à travers des vignettes d'identités visuelles, qui n'existent peut-être même pas.

Ne restez pas devant l'ordinateur trop longtemps. Accordez-vous du temps et de l'espace pour vous relier à la nature. La nature extérieure vous rapprochera de votre propre nature. Si nous continuons à chercher les choses à l'extérieur – le bonheur, la paix, l'amour, la chance, la félicité – nous n'arriverons jamais à les trouver parce qu'elles se trouvent tous en nous-mêmes. Si nous ne pouvons développer ou trouver ces qualités positives en nous-mêmes, alors nous serons toujours affectés par les situations extérieures. Pour réaliser ce développement intérieur, nous devons ralentir, écouter davantage, parler moins, porter plus d'attention à notre voix intérieure et être plus attentifs au moment présent au lieu de penser à l'avenir et de regretter le passé. J'admire toujours mes gourous à chaque fois je les observe pendant les repas. Ils font 100 % attention à la nourriture, et même si le monde s'écroule, ils ne détournent pas leur attention à ce moment-là car ils sont à 100 % en train de manger, de déguster et d'apprécier la nourriture. Pour nous, la plupart du temps notre esprit est ailleurs. Ainsi, nous ne pouvons même pas apprécier notre nourriture, notre famille, notre travail, nos amis, et ne pensez même pas à l'appréciation de notre propre spiritualité.

Aujourd'hui, la plupart des gens qui viennent me voir me disent qu'ils sont facilement exténués et n'arrivent pas à trouver la paix. Nos esprits deviennent comme des éléphants sauvages, virevoltant constamment avec des pensées, des idées, et échéance après échéance. Alors même si nos activités physiques ne sont pas si actives, nous sommes en train de cogiter et de nous infliger un stress inutile. La plupart du temps, nous détruisons notre propre potentiel et nos possibilités en étant agités. Je pense que, dans une certaine mesure, l'agitation est exactement le contraire de la confiance. Alors je voudrais suggérer que nous devrions tous, y compris moi, toujours prendre un peu de temps pour faire les tortues. Prenez le train et ralentissez. Accordez du temps à VOUS-même. Ralentissons. Nous aurons une vision plus claire et pourrons mieux voir les détails de la vie avec un sens de gratitude. Même si nous sommes face à beaucoup de difficultés extérieures, nous ne serons pas affectés parce que nous pouvons apprécier même les difficultés ou les obstacles qui se présentent grâce à notre compréhension.

N'êtes-vous pas d'accord que chaque fois nous ralentissons, nous voyons les choses plus clairement ? Nous apprécierons sûrement notre vie beaucoup plus ! Enfin, j'écrirai davantage quand je trouve un peu de temps.

 

A bord du train avec Ngawang Tobden



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer