D'humeur bavarde

le 29 juin 2011

La connexion internet est extrêmement bonne en ce moment à Hémis, chose inédite depuis qu'Hémis existe. Je suis assez fier de pouvoir faire ceci. Si j'avais su qu'Hémis aurait une connexion aussi bonne, je n'aurais pas passé des heures à écrire quelques paragraphes ici et là afin de les poster automatiquement pour que vous puissiez être amusés pendant mon absence. Maintenant, même avant la sortie de mon prochain message préparé, je suis déjà en train de partager des nouvelles avec vous. N'est-ce pas mon karma ?

J'ai des sentiments partagés concernant la disponibilité de cette connexion internet à Hémis. D'un côté, je suis très content parce qu'une sorte de connexion ou une autre doit être là pour se soutenir. Mais de l'autre côté, une connexion internet réduira en partie la paix et la sérénité d'Hémis. J'espère que ce ne sera pas le cas. Nous devons tous essayer de préserver l'atmosphère paisible d'Hémis pour notre bien à tous. Beaucoup d'entre nous voient Hémis comme un endroit où notre esprit peut se reposer. C'est mieux de ne pas avoir de connexion internet parce qu'une telle connexion a tendance à nous occuper inutilement. Nous devons nous dire quand il faut arrêter et quand on peut utiliser l'internet. Nous devrions faire de notre mieux pour trouver du temps pour nous-mêmes. C'est ce que j'essaie de dire. En tout cas, je ne me donne qu'un temps très limité pour dire quelque chose quand j'ai une minute, sinon je ne me connecte pas à l'internet.

Aujourd'hui, je viens de terminer quatre sessions et demi de l'initiation de Vajra Yogini, qui, à l'origine, était destinée aux Rinpochés, aux moines et aux nonnes. Je ne m'attendais pas à ce que des laïcs y participent. En ce moment, il y a beaucoup de touristes au Ladakh dont l'économie dépend énormément. L'année dernière, de nombreuses personnes ont souffert à cause de la catastrophe. J'aurais pensé que la plupart des gens seraient très occupés avec leurs affaires à essayer de récupérer leurs pertes. Aussi, mes étudiants du Ladakh me surprennent toujours, bien que seul un petit nombre, environ 4 000 laïcs, ne soit venu pour recevoir l'initiation. Je dirais qu'ils ont beaucoup de chance d'y participer. Il n'y a pas tellement de place dans le temple principal. Ce dernier débordait de moines et de nonnes, et les laïcs devaient se mettre là où ils pouvaient trouver une place pour s'asseoir.

Les vibrations sont très bonnes et l'atmosphère est excellente. Je ne suis pas en train d'être superstitieux, et comme la plupart d'entre vous le savent, je n'encourage pas la superstition. Les vibrations, l'énergie et ce genre de choses sont très abstraites et facilement utilisées abusivement par des personnes qui pensent et imaginent trop. En tant que pratiquants spirituels authentiques, à vrai dire nous ne devrions pas trop penser à ce genre de choses. Si nous nous sentons bien, génial, et sinon, c'est bien aussi. Je rencontre plein de gens qui parlent toujours d'auras, de couleurs de l'énergie, de bonne énergie, de vibrations, etc. Bien sûr, des gens comme moi savent qui dit vrai ou non. Malheureusement, la plupart des gens ont un ego gonflé au point de penser qu'ils sont très spéciaux, alors ils sont poussés à imaginer qu'ils voient telle énergie ou telle aura. Certaines personnes ont réellement ce genre de don, et ils en profitent pour se faire de l'argent, tromper les gens ou attirer des adeptes. Je ne sais pas où cela mènera, à moins que la motivation ne soit entièrement tournée vers le bien d'autrui. Une motivation sincère d'aider autrui est la clé de tout ce que nous faisons. Nous pouvons tromper les autres, mais pas nous-mêmes, et un jour les conséquences du karma se feront ressentir.

Pour revenir à ces histoires de vibrations dont je parlais, pourquoi est-ce que j'ai dit que les vibrations ou l'atmosphère étaient bonnes ? C'est parce que j'étais si bavarde. Je peux presque dire que j'arrivais à peine à m'arrêter. Cela doit être un signe que l'atmosphère est très bonne. Si les vibrations étaient plates ou pas très bonnes, je me contenterais de lire le texte sacré et je ne serais pas encouragé à donner différentes sortes d'explications des enseignements du Seigneur Bouddha, les enseignements extérieurs, intérieurs et secrets. J'arrivais à peine à terminer deux sessions d'initiations par jour quand, en fait, j'étais censé en terminer trois. En tout cas, je ne pouvais pas m'empêcher de parler.

Partout où je vais, si l'atmosphère n'est pas bonne, je me contente de lire le texte et de dire « au revoir ». Pour certaines personnes conventionnelles, c'est très bien parce que, traditionnellement, presque tous les maîtres lisent simplement le texte et transmettent les bénédictions à travers ce dernier. Ils ne peuvent pas croire que des gens ordinaires sont en mesure de comprendre le sens ou de s'y intéresser. Dans mon cas, quand je deviens bavard, cela veut dire que l'intérêt de l'audience ou des personnes recevant l'initiation est très grand et authentique. Quand je suis d'humeur morose, cela veut dire que l'atmosphère n'est pas bonne. Je pense que, d'une certaine manière, c'est une découverte pour moi-même aujourd'hui. Vous devez tous vous méfier quand je suis silencieux ; mieux vaut me laisser tranquille. Bonne chance !

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.