L'impermanence, la marque du samsara

le 30 juillet 2011

Nous venons juste de terminer quelques volets de nos programmes au Ladakh. J'arrivais à peine à me souvenir de quand est-ce que nous avons commencé. Il me semblait que c'était seulement hier que nous étions affairés à préparer différentes sortes d'activités. Le temps passe vraiment vite, et c'est un excellent enseignement sur l'impermanence. La plupart des choses que j'avais planifiées ne se sont pas réalisées. J'avais écrit quelques messages dans l'espoir qu'ils paraissent automatiquement le jour et l'heure « prédestinées », mais j'avais oublié de cocher « oui » sur le bouton « Publier ». Alors apparemment je vais pouvoir les étoffer avant de vous les montrer.

Voilà un aperçu de notre vie. Nous planifions tant de choses en même temps. Nous aimerions faire ceci, terminer cela. La plupart du temps, si vous vérifiez bien, à moins d'être vraiment divin ou chanceux, les choses ne se passent pas exactement comment on le planifiait ou souhaitait. C'est pourquoi je dis toujours, « Vivez au présent ! » Hier est déjà passé, demain n'arrivera jamais, mais si nous sommes assez intelligents pour apprécier et profiter du moment présent, on maîtrisera notre demain. C'est l'astuce. Vous demander de vivre au présent ne veut pas dire que vous ne devez pas avoir de futur. En raison de la nature du samsara, nous sommes constamment poussés vers l'avant. Tant que nous pouvons saisir le moment présent, chaque instant autant que possible, c'est un grand accomplissement en soi-même parce que si nous faisons tout de façon attentive et avec une compréhension de ce qui se passe au moment présent, alors nous sommes réellement en train de vivre en méditation, ou de méditer sur notre vie. Chaque fois nous sommes présents, nous serons attentifs à nos actions, à nos paroles et à nos pensées. Par exemple, puisque nous savons que si nous faisons de mauvaises choses, cela donnera de mauvais résultats ou des problèmes dans cette vie ou dans des vies à venir, alors avec cette compréhension, si notre esprit est focalisé sur le présent, nous n'emprunterons pas le mauvais chemin. Non seulement nous ne ferons pas de mal à autrui, nous finirons par les aider, par les rendre heureux et leur être bénéfique, et tout cela mènera sans aucun doute à notre propre bonheur.

Beaucoup de personnes m'ont demandé de donner des instructions sur la méditation. Il y a bien sûr de nombreuses méthodes différentes. L'une des plus pratiques consiste à vivre au moment présent, et de comprendre que l'impermanence est la caractéristique du samsara. Sans comprendre ceci, et si nous vivons notre vie avec beaucoup d'attachement, alors cela veut dire que nous cherchons des ennuis. La nature du samsara est la souffrance parce que nous ne pouvons conserver ce que nous aimons et éviter les choses que nous détestons. Nous sommes toujours dans le cercle, courant après quelque chose.

Est-ce que nous devrions désespérer maintenant que nous savons que nous sommes dans le cycle de la souffrance ? Bien sûr que non. Nous avons aussi beaucoup d'excellentes opportunités pour transformer notre vie du négatif en positif en transformant notre esprit, notre façon de regarder les autres, notre façon de vivre. Le Bouddha nous a enseigné les Quatre nobles vérités et l'Octuple sentier. Nous devons comprendre du point de vue de la théorie, et le vivre dans la pratique avec compréhension.

Grâce au gouvernement de l'Inde, qui a assuré la sécurité et pris toutes les dispositions nécessaires, ma visite s'est déroulée sans heurts ou difficultés. Avec l'aide de la sécurité et de toutes les personnes de la population locale, plus de 10 000 personnes ont pu demeurer agréablement à Nyoma, qui est rarement visitée par des touristes. Nous avons complété les programmes sans aucun problème. Des remerciements particuliers sont dûs aux organisateurs, et notamment à mon collègue bien-aimé Drukpa Chœgön Rinpoché, qui s'est assuré que mon séjour soit confortable et qui se trouve être le Président du prochain ADC. J'ai grande confiance qu'il fera certainement en sorte que nous passions un très bon moment et que l'ADC se déroulera avec toute sa bénédiction et les bénédictions des Trois joyaux. Je sais avec certitude que le 3ème ADC sera très captivant et bénéfique.

J'aimerais voir toutes les mêmes personnes qui étaient parmi les dizaines de milliers de personnes venant d'autres coins du Ladakh et qui s'étaient réunies pendant plus de dix jours cette fois-ci pour encore recevoir des enseignements et des instructions. Voici quelques photos pour votre plaisir.

J'étais un peu triste ces derniers jours après avoir appris que l'un de mes chiens bien-aimés, Shonnu, a expiré. Personne n'a su ce qui s'est passé. Mes parents et notre entourage l'ont trouvé mort. Le médecin a dit qu'il avait été empoisonné. Je me demande comment le poison a pu se retrouver dans sa gueule. Peut-être il faisait le vilain. Peut-être il a tué des bêtes, comme des rats, ou que quelqu'un a jeté du poison dans le jardin. D'un point de vue égoïste, j'ai l'impression d'avoir perdu quelqu'un de ma famille tellement cela m'avait attristé. Mais je peux comprendre que beaucoup de gens sont tués et beaucoup d'animaux sont abattus chaque jour, et je ne devrais pas mettre en avant uniquement mon chien parce que c'est embarrassant. Cependant, je saisis cette occasion de partager cette nouvelle avec vous, mes amis et étudiants, parce que c'est un grand enseignement, et non seulement de la pitié pour mon propre chien. Vous pouvez être un roi, un empereur, une personne immensément riche, ou vous pouvez être un mendiant, un voleur, un meurtrier ; qui que vous soyez, vous êtes tous dans le samsara, ce qui veut dire qu'un jour nous mourrons tous et nous devrons tous laisser derrière nous nos bien-aimés, nos ennemis et nos possessions. Nous ne pourrons emporter quoi que ce soit, seulement nos empreintes karmiques, nos qualités spirituelles, telles la compassion, l'amour et la sagesse que nous avons développés. Sinon, nous n'avons rien à emporter, seulement nos dettes karmiques et beaucoup de créanciers.

Je ressens beaucoup de douleur quand je sais que quelques amis, malgré leur connaissance du Dharma et du karma, continuent à entreprendre des activités néfastes, et surtout ceux qui deviennent riches en faisant des choses indécentes, comme prendre la vie d'autrui ou leur faire du mal. Certaines personnes les admirent à cause de leur richesse et de leur pouvoir. Mais si vous regardez ce qui les attend au bout du tunnel, il n'y a que des dettes karmiques et des créanciers. Il n'y aura ni paix, ni lumière, seulement davantage de souffrance, que nous croyons au karma ou non. C'est important que nous nous appliquons, ici et maintenant, à ne pas gâcher notre vie. Si vous n'avez que cette vie, qu'est-ce que vous ferez si vous voulez être heureux et libre ? Demandez-vous si faire du mal à autrui vous apportera du bonheur ultime. Je peux vous dire à 100 % que cela vous apportera plus de souffrance.

Le Bouddha nous dit très clairement, « Notre existence est aussi éphémère que les nuages d'automne. Observer la naissance et la mort des êtres et comme regarder les pas d'une danse. Une vie est comme un éclair dans le ciel, fugace, comme un torrent qui coule le long d'une pente raide de montagne. » Alors pourquoi ne pas apprécier et chérir cette vie-ci, nous rendre heureux et vivre notre vie pleinement à travers des activités bénéfiques. Ceci est mon bref conseil pour vous, mes amis et étudiants.

 

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer