En causant de la souffrance, nous souffrons nous-mêmes

le 5 octobre 2011

C'était le 8ème jour du calendrier lunaire hier, un jour sacré en rapport avec le Bouddha de médecine. Ce jour-là, si vous tuez un animal ou êtes la cause du décès d'un animal, l'effet négatif est multiplié 100 000 fois. Mais malheureusement, ce jour est tombé pendant le festival hindou de Dashain, le festival le plus important du calendrier hindou au Népal. Il commémore la grande victoire sur les démons maléfiques, connue sous le nom de la Bataille de Ramayan car elle fut remportée par le Seigneur Ram grâce à l'intervention de la déesse Durga. Il est souvent décrit comme la destruction du terrible démon Mahisasura qui terrorisait la terre sous forme de buffle. Selon la tradition, pendant les 15 jours de Dashain, des centaines d'animaux sont sacrifiés à chaque temple afin de rendre hommage à la déesse, mais aussi pour empêcher davantage de courroux destructeur. Le sang de buffles, de bœufs, de brebis, de chèvres et d'oiseaux est déversé sur les marches des édifices religieux. Les sacrifices continuent pendant la durée du festival, et transforme la chaussée autour des temples en grands bains de sang.

Hier était un si mauvais jour pour faire des choses aussi cruelles. C'était une si grande occasion de faire des actes positifs, mais au nom de la religion, depuis des milliers d'années, c'est devenu un moment spécifique pour tuer. Comment pouvons-nous être heureux si nous infligeons autant de souffrance à d'autres ? Non seulement moi, mais de nombreuses personnes comme moi qui ont un peu de cœur et d'amour pour les animaux et les autres êtres vivants, essayions de notre mieux pour utiliser ce 8ème jour pour faire quelque chose de bénéfique. Tuer au nom de la vraie spiritualité est la pire des choses que l'on puisse faire à autrui et à soi-même. J'espère que ce genre d'acte cruel pourra s'arrêter grâce à une véritable compréhension de la cruauté, de la douleur et de la souffrance.

Personnellement, je prie depuis plusieurs décennies. Bien que je pense qu'il existe un mouvement contre cette cruauté déraisonnable, ces gens sont très faibles, et ceux qui encouragent l'abattage des animaux au nom de la religion sont très forts et puissants. En Europe, les chasseurs ont formé de nombreuses unions puissantes que même les gouvernements ne peuvent influencer. C'est très similaire ici. Les abatteurs sont très forts et puissants, et nous ne pouvons rien faire. Je dois attendre que mes prières soient exaucées.

Pendant que je donnais un enseignement hier, j'ai éclaté en sanglots. Je n'arrivais pas à continuer à enseigner, même en faisant de mon mieux. Je n'arrivais plus à parler. L'enseignement s'est terminé prématurément. En tout cas, j'ai dû m'arrêter et, tristement et désespérément, j'ai prié pour les pauvres êtres, les pauvres abatteurs, et tous ceux qui étaient impliqués dans cette activité cruelle. De quel droit prenons-nous la vie d'autrui ? Chaque fois je visite un pays étranger, systématiquement quand je vois les animaux dans les viviers attendant d'être tués, et chaque fois je vois les gens en train de consommer des homards, des crabes, du poisson, de la viande crue, et chaque fois j'essaie d'acheter ces animaux aux propriétaires de restaurant sans cœur qui rejettent souvent mon offre parce qu'ils savent que je vais libérer ces pauvres êtres, je me sens vraiment impuissant. Depuis des milliers et des milliers d'années, nous revenons pour partager notre amour et notre compréhension, et pourtant, les gens sont tellement aveuglés par une jouissance éphémère en faisant souffrir d'autres, en leur ôtant la vie, en mangeant leur chaire et en faisant toutes sortes de choses dénuées de sens au nom de l'amour, de la religion, de la gastronomie et même de l'offrande aux Gourous et aux déités. Parfois, quand je réfléchis profondément, j'ai le sentiment qu'il n'y a presque aucune raison de perdre notre temps ici. Si les gens ne changent pas, et notamment si mes étudiants et mes amis ne s'améliorent pas, alors à quoi bon ?

Nous devons comprendre et continuer à nous rappeler que si vous infligez de la souffrance aux autres en prenant leur vie, en racontant des sottises, en faisant tout en fonction uniquement de votre propre ego et vos propres émotions, alors il n'y aura pas de résultats positifs. Infliger de la souffrance et de la douleur à autrui ne fera que vous rendre souffrance et douleur. Si vous voulez le bonheur, vous devez apporter du bonheur à autrui et vous devez avoir un cœur ouvert. Sinon, vous ne pratiquez pas vraiment la spiritualité. Vous ne faites que vous livrer à un jeu de votre propre ego et de votre propre pièce de théâtre. Demandez-vous : est-que vous pratiquez le Dharma ou l'art dramatique ? Si c'est l'art dramatique, alors arrêtez tout de suite, maintenant !

J'ai fait de mon mieux pour essayer de ne plus y penser, riant et souriant aux gens, pour que j'aie l'air un peu plus agréable au lieu de pleurer et d'avoir l'air horrible sur le trône. Mon ego n'aime pas que je présente mal. Je séchais mes larmes et beaucoup de choses gluantes sortaient de mon nez, comme si j'avais la grippe. Des milliers et des millions d'animaux sont sacrifiés tous les ans au Népal, et des millions et des milliards d'animaux sont abattus chaque jour pour nourrir nos estomacs, comme si on ne pouvait survivre sans manger de la viande. Mais personne n'a le courage même de se montrer un peu triste. Le plus désolant pour moi est que beaucoup de cruautés sont faites au nom de la religion. Si c'est pour notre plaisir ou autre chose, nous pouvons blâmer l'ignorance ou l'ego. Au nom de la sagesse et de la religion spirituelle, pourquoi est-ce que nous ne pouvons nous attendre à autre chose que la cruauté ? Non, nous ne le pouvons pas. J'espère que vous autres ne pensez pas que je suis pessimiste. Je n'ai pas le choix. Puisqu'une des plus grandes religions fait ce genre de choses, cela donne vraiment l'impression que l'avenir est sans espoir. Chaque fois que j'y pense, j'ai les larmes qui coulent. Ce n'est pas arrivé hier seulement ; j'en souffre depuis mon enfance, sans une quelconque solution, en dehors de pleurer et prier. Je fais de mon mieux pour acheter des chèvres et d'autres animaux destinés à l'abattoir, mais je ne peux que faire tant. J'ai des ressources très limitées, et seulement une certaine quantité d'argent pour les sauver et de terre pour les garder. Que puis-je faire ? Je ne peux que pleurer et prier.

Depuis hier, nous faisons de grands poujas. Aujourd'hui encore, nous faisons de grands poujas. Maintenant que nous avons terminé les poujas pour mon gourou bien-aimé, nous avons commencé les prières pour ces tueries tragiques. Je sais que personne ne peut dire qu'il s'agit d'une catastrophe, mais réfléchissez si un jour des êtres plus grands et plus puissants d'autres planètes viennent, et en raison de leurs religions ils disent que les sacrifices humains sont un excellent moyen d'accumuler du mérite et d'éliminer des obstacles. Comment sentirions-nous ? Si un jour, ils trouvent que la chaire humaine est délicieuse et qu'ils décident de faire du sushi humain, quel serait notre avis ? Et s'ils disent que la chaire humaine frite ou crue est particulièrement délicieuse, comment allons-nous nous sentir ? En tant qu'adeptes et pratiquants de la Bodhisattvayana, nous devons prier, faire des souhaits et travailler pour l'abandon total de l'abattage de vie d'autres êtres. Nous devons prier et agir pendant des vies et des vies à venir. Jusqu'à ce que nous obtenions la Grande Libération, nous faisons la promesse de ne jamais revenir sur nos aspirations !

 

 

 


 

 

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer