La pratique doit être pratique

le 14 octobre 2011

Si vous l'avez remarqué, la plupart des soi-disant pratiquants pratiquent et entreprennent des actes vertueux toujours les jours spéciaux. Enfin, je n'en suis pas une exception. Nous disons que les effets sont multipliés des centaines, des milliers, voire des centaines de milliers de fois si nous pratiquons telle ou telle pratique, tel ou tel jour. Je ne dis pas que ce n'est pas vrai. Certains jours ont plus d'énergie positive, et d'autres ont une autre sorte d'énergie.

Pourquoi est-ce que cela arrive ? La vérité est que nous sommes tous paresseux et avons besoin de trouver des raisons valables pour nous encourager à pratiquer. Sinon, nous n'avons pas de motivation pour le faire. Par pratique, j'entends non seulement la pratique formelle de la méditation, les prosternations et les récitations, je pense que les actes vertueux tels qu'aider autrui, leur apporter du bonheur et faire toutes les activités vertueuses sont également inclus.

Chaque jour, outre prier, méditer, enseigner et m'occuper à écrire des textes, j'amène mes nonnes avec moi à pied jusqu'au stoupa sacré et nous le circumambulons trois fois tous les soirs. Je pensais le faire seulement une semaine, mais plus tard j'ai décidé de le faire quotidiennement jusqu'au 49ème jour après le départ de mon Gourou bien-aimé. Si je ne me trompe pas, le dernier jour tombe le 25 octobre.

Encore, plein de pratiquants me demandent pourquoi nous faisons ceci ce mois-ci. Ce n'est pas un mois spécial. Comme je l'ai dit, beaucoup de gens ont besoin d'excuses pour faire des activités bénéfiques, en partie parce qu'ils n'apprécient pas chaque minute et chaque instant de leur vie. En fait, chaque moment est très important, très spécial et très précieux, en partie en raison de la paresse et parce que c'est un objectif difficile à garder et à atteindre. Alors même la pratique spirituelle doit être réalisée des jours spéciaux, à des moments spéciaux, les mois spéciaux. C'est naturellement préférable à ne pas faire de pratique du tout. Cependant, si nous comprenons et souhaitons sérieusement atteindre l'éveil un jour afin que nous ne nagions plus sans but dans l'océan du samsara, alors nous devons savoir, grâce à l'expérience, que chaque instant, chaque seconde, chaque respiration est une excellente occasion de pratiquer.

Nous circumambulons Swayambhunath chaque soir avec joie pour notre Gourou bien-aimé afin de réaliser ses souhaits. Bien sûr, ne faire que circumambuler le stoupa ne fera pas réaliser ses souhaits bénéfiques aussi vastes que l'espace qui ne peuvent être remplis par nos objets, quels qu'ils soient. Mais je le fais parce que, lorsqu'il était en vie, il m'encourageait à le faire. Chaque fois je lui parlais des circumambulations, de nos Pad Yatras écologiques, et notamment des circumambulations du stoupa de Swayambhunath, il débordait de joie et était ravi de l'entendre. Il faisait mon éloge et celui de mes nonnes parce qu'on arrivait à le faire. Il me disait toujours ceci : « Nous devons tous circumambuler ce stoupa autant de fois que possible parce que c'est la meilleure façon de purifier. Malheureusement, il y a encore des personnes parmi nous qui sont trop vieux, trop paresseux ou trop occupés à le faire. Le temps qu'on soit prêt à le faire, ce sera trop tard. » C'est ce qu'il disait toujours de son cœur. Ainsi, après avoir réalisé les rituels traditionnels pendant plus d'une semaine, j'ai décidé de circumambuler le stoupa de Swayambhunath trois fois chaque soir avec mes nonnes jusqu'au 49ème jour après le départ de mon Gourou. Comme d'habitude, mes nonnes montrent beaucoup de soutien et sont prêtes à me suivre. J'aimerais les remercier d'avoir accepté de le faire avec des cœurs sincères et heureux. C'est même encourageant pour moi. Ensemble nous marchons 13 km chaque soir et je me sens parfaitement bien. J'ai pensé que ce serait des nouvelles agréables à partager avec ceux parmi vous qui lisent ou suivent mes bavardages ici.

Beaucoup des mes amis et étudiants d'Amérique, du Mexique et de l'Amérique du Sud ont hâte de se réunir avec mes nonnes et moi pour faire les 13 circumambulations. Nous allons sans doute nous encourager mutuellement. Je crois et font confiance aux nonnes que tous les gourous, dakas et dakinis, et aussi mon Gourou défunt, sont particulièrement comblés et enchantés par toutes les activités bénéfiques réalisées pour le bien de tous les êtres sensibles. Je crois que la pratique spirituelle d'ordre pratique, telle que les circumambulations et même « Live to Love » et ce genre de choses, doivent être faites de manière pratique. Je crois davantage dans la pratique que dans la théorie. Les théories fonctionnent si elles fournissent du soutien à un niveau pratique. En dehors du soutien, les théories n'ont pas de sens. Alors la pratique spirituelle doit aider, de façon pratique, tous les êtres sensibles. Outre les prières, les retraites, la méditation et toutes ces différentes sortes de pratiques formelles, nous devons sortir faire quelque chose.

Et enfin la dernière nouvelle, mais non pas la moindre, j'aimerais saisir cette occasion pour féliciter le roi et la reine du Bhoutan sur leur mariage. Bien que nous soyons tous très occupés ici, je me suis permis, ainsi que mes parents, mes moines et mes nonnes de regarder la transmission en direct des noces royales. J'envoie mes prières pour leur bonheur et leur succès dans leurs vies mondaines et spirituelles. Je suis également très heureux que nos Rinpochés éminents aient pu mener notre délégation pour assister aux noces royales en personne. Le roi d'un royaume bouddhiste comme le Bhoutan représente le succès de, à la fois maintenir une tradition riche qui prend racine dans la spiritualité, et aussi introduire la modernisation. Je crois que le roi est responsable de ce succès de maintien de l'équilibre, et mes prières sont toujours là. Demain sera une journée réjouissante pour nous parce que nous regarderons de loin les émissions à la télévision et enverrons nos félicitations et meilleurs souhaits du fond de nos cœurs.

Le roi et la reine du Bhoutan
Le roi et la reine du Bhoutan

 

 


 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer