Mieux vaut tard que jamais

le 5 février 2012

En raison de problèmes techniques non résolus aussitôt, la connexion internet ne marchait pas depuis la fin de notre Pad Yatra. Je ne devrais pas me plaindre parce que la plupart de mes amis et étudiants ont la gentillesse de prendre sur leur temps personnel pour nous aider. C'était aussi une bonne chose pour moi. Je n'ai pas eu besoin d'écrire quoi que ce soit jusqu'ici, à la suite de la réparation d'une connexion particulière. Tout ce que je peux dire est que « Mieux vaut tard que jamais ». Mais malheureusement, nous sommes toujours si en retard que nous n'avons jamais la possibilité de nous occuper de nos premières priorités. Ou bien nous attendons que quelqu'un en prenne la responsabilité, ou nous remettons les choses « à demain », à tel point que nous n'assumons jamais notre responsabilité et demain ne vient jamais. Alors si vous vous rendez compte que vous en retard pour quelque chose, notamment s'il s'agit de faire quelque chose pour votre propre développement spirituel, alors il vaut mieux améliorer la situation immédiatement. Demain, vous n'en aurez peut-être pas l'occasion.

La plupart d'entre nous avons nos priorités sens dessus dessous. Quand il y a un conflit entre l'engagement spirituel qui, à terme, nous amènera au-delà de la souffrance, et l'engagement mondain, nous choisissons toujours le mondain avant le spirituel tout en voulant être heureux. Nous ne serons jamais heureux si nous ne cherchons qu'à obtenir des réalisations mondaines parce que celles-ci ne durent pas. Nous finirons par courir après une liste de rêves sans fin. Quand il y a un conflit entre le spirituel et le mondain, que devez-vous faire ? Si j'étais vous, je choisirais la spiritualité parce qu'il s'agit au moins de quelque chose que vous allez développer en vous-même et que vous ne perdrez jamais, quelque chose qui dure.

J'étais très heureux de pouvoir amener plus de 450 de me moines, nonnes, étudiants laïcs et nouveaux amis faire un Pad Yatra de Mumbai à Bhopal, pour visiter de nombreuses grottes sacrées de retraite et des grottes-monastères où des maîtres éveillés avaient pratiqué et atteint l'éveil. Visiter ces lieux sacrés nous encourage beaucoup, mais quand j'ai vu les bâtiments et les statues en ruines, j'étais assez triste : « Pourquoi est-ce que les humains détruiraient des choses si belles ? » Oublions le fait qu'elles soient sacrées, essayez au moins d'apprécier leur beauté. Si nous avons un esprit limité qui ne peut accepter que nos propres idées de ce qui est bien et mal, nous deviendrons comme ces personnes qui détruisent des objets magnifiques d'autres cultures, traditions et pays. Nous deviendrons des personnes malheureuses vivant dans des boîtes. Quand les choses ne vont pas dans notre sens, il faut les détruire. C'est la même chose dans nos relations, quand nos amis ou notre famille ne suivent pas nos instructions, nous avons tendance à nous mettre en colère ou à nous fâcher contre eux, mais jamais contre nous-mêmes. C'est pourquoi je dis toujours, « Surveillez votre esprit. Si vous pouvez maîtrisez votre esprit, vos paroles et vos actions seront correctes. » La plupart du temps, nous ne le faisons pas. Nous regardons toujours vers l'extérieur, mesurant les autres d'après nos propres standards particuliers. N'attendez pas à ce que les autres fassent comme nous. Chacun a son chemin individuel, et certains peuvent être similaires, mais jamais à 100 % pareils.

À ce propos, avant de démarrer notre Pad Yatra, j'ai rendu visite à Aamir, sa femme Kiran et leur petit nouveau-né. Il m'a fait découvrir un livre intitulé Qui a piqué mon fromage ? (titre original en anglais : Who Moved My Cheese?) J'ai pensé encourager tout le monde à le lire, et ce qui me fait plaisir est que le livre n'a pas beaucoup de pages, alors c'est très facile à lire pour quelqu'un qui est mauvais en anglais. Il s'agit de comment gérer le changement, qui est l'impermanence. Rien ne reste pareil. Nous aussi, nous changeons chaque minute et vieillissons chaque seconde. C'est pourquoi à chaque fois je vois l'expression « célébration d'anniversaire », je ris à moi-même. « Qu'y a-t-il à célébrer ? Notre rapprochement au cimetière ? » Mais bien sûr, c'est une façon pessimiste de voir la mort et l'impermanence. La façon positive d'aborder l'impermanence et le changement est d'en profiter, parce qu'elle nous donne de nombreuses occasions d'être créatifs, et elle nous rappelle que notre présent est si précieux que nous devons tout apprécier, nos bonnes expériences et les mauvaises. Comme le livre dit, « Le plus rapidement vous lâchez le vieux fromage, le plus rapidement vous allez pouvoir profiter du nouveau. »

Comme on pouvait s'y attendre, en comparaison avec le dernier Pad Yatra, nous avons ramassé beaucoup plus d'ordures cette fois-ci. Les humains sont devenus des machines à ordures ! Tout ce que nous avons inventé pour satisfaire notre paresse est devenu des ordures, ce qui n'est pas étonnant. Voyons le « confort ». Au nom du « confort », toute sorte de confort fait que nous faisons moins pour obtenir plus pour ainsi dire. Nous inventons les ascenseurs, les voitures, les bouteilles en plastique… nous avons créé et continuons à créer des tas d'ordures. Dans la plupart des cas, le plus nous sommes aisés, le plus notre envie de confort augmente. La majorité des gadgets qui apportent un confort matériel ont des effets secondaires, non seulement des effets secondaires matériels d'ordures non biodégradables, mais aussi des effets secondaires spirituels. Nous finissons par perdre le « tsondu », nous ne connaissons plus, ou presque, l'effort enthousiaste quand nous faisons quelque chose. Sans l'effort enthousiaste, l'appréciation manque aussi, et sans appréciation, le bonheur devient caché. C'est un tout. C'est pourquoi je pense que le Pad Yatra est important. Je crois que quiconque se joint à un Pad Yatra – pas forcément l'un de ceux organisés par nous, mais tout Pad Yatra authentique qui se fait – pourra trouver le bonheur au bon endroit au lieu du mauvais. Faites-moi confiance ! Même moi je me réjouis d'avance du prochain Pad Yatra, où que nous allions !

 

 








© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer