S'asseoir sur ses émotions

le 19 juillet 2012

Toutes mes excuses pour cette longue absence. C'était un mois très chargé en retraites et en enseignements, ce qui a pris beaucoup de mon temps. Mais je suis heureux de le faire, c'est mon boulot. Beaucoup de gens pensent que la vie de moine ou de nonne est beaucoup mieux. D'un côté je suis tout à fait d'accord, mais de l'autre ce n'est pas forcément vrai. De nos jours, il y a beaucoup de distractions auxquelles même les moines et les nonnes ont du mal à résister. Malheureusement, le renoncement physique ne représente pas nécessairement la renonciation intérieure et secrète.

Les émotions sont les choses dont nous devrions être conscients. Peu importe que nous soyons des moines, des nonnes ou des laïcs, des pratiquants ou non, les émotions sont ce qui nous rend dingues. Quand nous n'en sommes pas conscients, nos émotions courent en toute liberté et nous devenons sauvages, vivant des hauts et des bas et ne demeurant jamais dans l'équilibre de la sérénité.

À titre d'exemple, les désirs sont sans fin. Après avoir obtenu une BMW luxueuse, nous voulons avoir une voiture de sport comme une Ferrari ou une Porsche, et ensuite nous voulons encore une autre. Enfin, même si nous avons beaucoup de voitures, nous ne pouvons conduire qu'une seule à la fois. Non seulement cela, nous finirons par avoir beaucoup de migraines en essayant de maintenir ces voitures. Si nous n'en prenons pas soin, les souris viendront. D'une manière étonnante, les souris aiment s'installer dans les voitures, manger les tuyaux et donner naissance dans le moteur. La voiture entière sera complètement détruite par ces êtres si mignons, et cela coûtera très cher pour la réparer. Parfois, nous nous inquiétons en pensant que nos belles voitures pourraient être volées, éraflées, cognées, etc. Alors où est la joie ? Quand la plupart d'entre nous avons acheté notre première voiture, nous étions submergés de joie et avons pensé que notre rêve s'était matérialisé. Mais une fois notre rêve réalisé, nos désirs nous disent d'aller plus loin. C'est comme si nous buvions de l'eau salée pour étancher notre soif ; ce n'est jamais assez.

Lorsque nous nous mettons en colère, nous crions et hurlons en croyant que libérer notre colère sur les gens fera que nous nous sentirons mieux. Mais ce qui arrive souvent est un sentiment de regret. Vous vous demandez, « Pourquoi ai-je fait cela ? » Même chose avec la jalousie et l'orgueil, les deux autres émotions qui nous font souvent faire des bêtises et nous conduisent à faire les mauvais choix. Nous devons nous asseoir fermement sur nos émotions. Nous devrions essayer de ne jamais laisser nos émotions nous faire tourner en rond. Il faudrait plutôt s'asseoir dessus, les analyser et prendre conscience de ce qu'elles sont. Si nous arrivons à gérer nos émotions, notre vie deviendra une chance en or de faire un grand pas sur le chemin spirituel. Les émotions peuvent alors devenir un moteur pour conduire notre vie positivement et progressivement vers l'amélioration et le bonheur.

 

 


 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer