L'union universelle

le 27 août 2013

De nos jours, le succès est le plus souvent défini par l'argent et le pouvoir. Nous pouvons pratiquement dire qu'il n'y a guère d'amour authentique en ce monde. Quelques-uns de mes amis proches disent que j'ai l'air d'être une personne très triste, mais si l'on a quelque compréhension de la façon dont le monde fonctionne en ce moment, c'est presque impossible de ne pas être triste. Par exemple, prendre la vie d'autrui, ou les abuser, les harceler pour son propre bien, prendre possession d'objets qui ne nous appartiennent pas, toutes ces choses ne semblent pas mériter notre attention. Ce que vous faites n'a presque pas d'importance. Il s'agit juste d'être riche et puissant. C'est ce que le monde perçoit comme le succès.

Je pense qu'il n'y a pas de mal à réussir matériellement, tant que nous ne nous déséquilibrons pas. Le problème que nous avons, êtres samsariques, est que nous nous laissons toujours emporter par nos désirs, contrôlés par ce dont on a envie et ayant tendance à chercher plus que ce dont on a vraiment besoin. Quand nos désirs prennent le dessus sur notre vie, le bonheur n'est jamais proche. Chaque fois nous obtenons un certain degré de succès matériel, nous voulons davantage. Avec le temps, nous commencerons même par éliminer toute personne ou situation qui nous barre le chemin. Nous évoquerions toutes sortes d'excuses pour justifier nos désirs de réussir matériellement. Par exemple, avons-nous vraiment besoin de manger d'autres êtres vivants afin de rester en vie 
? Évidemment, ce n'est pas le cas. Mais nous tuons tant d'autres êtres, pour la nourriture, un luxe, un confort… pour toutes sortes de désirs idiots parce que nous ne sommes pas heureux de ce que l'on a déjà. Nous continuons à vouloir plus.

Que ce soit du point de vue d'un pays, d'une région ou d'un individu, quoi que nous ayons, ce n'est jamais assez. Nous devons prendre ce qui appartient aux autres, y compris leurs maisons, leurs vies, leurs ressources, etc. Cela entraîne des guerres. Cela entraîne des disputes. Il n'y a aucune notion « d'universalité » parce que nous comprenons nos propres désirs, nos propres souffrances et notre propre bonheur, mais nous ne ressentons pas ou ne croyons pas que les autres ressentent la même chose que nous.

Comprendre « l'union universelle » est en fait très important si nous cherchons le bonheur personnel, la paix mondiale et l'harmonie universelle. Je pense que commencer par ramener cette compréhension à un niveau pratique, en accomplissant des actions pour le bien d'autrui et en s'empêchant de leur faire du mal, est un bon début. Commençons petit, et continuons à développer.

Par exemple, en essayant de faire de votre mieux de ne pas tuer si ce n'est qu'un seul être apparemment insignifiant, comme une fourmis ou un insecte, voir même un cafard ou une mouche agaçante, cela aiderait à développer votre patience pour tolérer un petit « agacement », ainsi que votre amour bienveillant même envers un petit être vivant. Quand en tant qu'êtres humains nous nous habituons à tuer d'autres êtres, très rapidement nous finirons au point de tuer un autre humain, et puis tuer un humain ne sera pas trop grave, et notre tendance à tuer ira croissant. Une mauvaise habitude, incitée par le désir, incontrôlé et indompté, deviendra progressivement une mauvaise habitude très sérieuse. Si c'est acceptable de voler un dollar aujourd'hui, alors un jour ce sera acceptable de dérober quelqu'un. De même, une habitude positive a besoin d'être développée grâce à de petits essais. Progressivement, nos habitudes positives finiront par croître.

Beaucoup de personnes parlent d'amour et de compassion envers les humains, créant toutes sortes d'activités pour les aider. D'autres êtres vivants souffrent cent fois, mille fois plus, et reçoivent comparativement une aide infime. J'ai le cœur totalement brisé chaque fois je vois ce genre d'abus par les humains. Bien sûr, cela fait un moment que j'en parle et que j'essaie de montrer un petit exemple, mais il y a très peu de progrès. Je suppose que nous avons vraiment du mal à faire prendre conscience à plus de gens que chaque être dans cet univers et comme vous et moi. Ils veulent être heureux et ne veulent pas souffrir. Les arbres, les fleurs, l'herbe, l'eau, les montagnes, le vent ont tous le même ressenti. Les mammifères, les poissons, les oiseaux, les reptiles, les amphibiens, les insectes, les arthropodes ressentent tous la même chose. Sans comprendre cela, il est presque impossible de connaître le bonheur universel. Si toutes les personnes qui vivent dans la même pièce que vous sont malheureuses, est-ce que vous pouvez être la seule personne heureuse ? Peut-être pendant un court laps de temps, mais certainement pas indéfiniment. Nous, êtres humains, avons un grand potentiel pour développer la compassion et la bienveillance universelles. Puisque nous sommes apparemment les rois de ce monde, nous avons plus de responsabilité d'aider et de faire le bien d'autrui, parce que nous devons comprendre que chacun de nous, y compris les autres êtres vivants, sommes membres du cycle d'existence. Dans d'autres mots, nous sommes tous dans le panier, dans la même situation.

Pour ceux parmi vous qui allez nous rejoindre au Ladakh, nous aurons plus de temps pour explorer le thème de « l'union universelle ». Pour ceux qui ne peuvent pas venir, nous allons certainement nous retrouver encore et encore, afin de nous encourager mutuellement et ainsi nous développerons les habitudes positives ensemble. Cela n'a pas de sens de parler d'être un pratiquant ou d'y songer si on n'essaie pas tout d'abord de se conduire en être bienfaisant et inoffensif. Essayons de n'être que ça pour commencer.

Voici un court documentaire qui me va droit au cœur :

 

 


 




© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer