Réjouissez-vous : un pas de plus vers votre nature

le 27 décembre 2013

La plupart d'entre nous parlons beaucoup de maintenir des relations positives, notamment au sein de notre propre famille ainsi qu'avec nos amis et nos collègues. Généralement, nous réalisons que nos relations amicales avec autrui pourraient se maintenir jusqu'à un certain point, mais qu'après ce serait difficile de continuer. Au début, nous devenons amis parce que nous voyons le côté positif de chacun et avons l'impression : « Quelle chance que nous soyons amis ! » Ensuite, au fur et à mesure que nous devenons plus proches, nos émotions s'y immiscent. Ceci arrive au sein des couples, entre gourous et étudiants, et entre amis dans le Dharma. L'un des principaux obstacles, d'après ce que je vois, est le manque de réjouissance et de compréhension. En fait, se réjouir sincèrement est une manière de développer notre compréhension, et ce qu'on peut décrire comme étant un petit pas vers l'éveil et un pas de plus vers notre nature.

J'ai eu la bonne fortune de maintenir des relations positives avec mes gourous, mes frères et sœurs dans le Dharma, et avec la plupart des mes disciples, étudiants et amis. Bien sûr, rien n'est parfait. Tout comme vous, je souffre aussi de relations qui tournent au vinaigre ou deviennent négatives. J'aimerais croire que je fais en effet de mon mieux pour maintenir toutes les autres relations qu'il me reste avec sincérité et une motivation inoffensive. Outre la réjouissance, une motivation inoffensive est également importante. Parfois, quand nous disons « je me réjouis », nous devrions vérifier si nous nous réjouissons réellement ou faisons seulement semblant tout en ayant une motivation négative cachée. Des actions positives peuvent virer au négatif seulement à cause d'une motivation tordue. Alors nous devons toujours surveiller notre motivation.

Je connais Sa Sainteté Drikung Kyabgön depuis mon adolescence. Quand le précédent Thuksey Rinpoché était encore parmi nous, Sa Sainteté nous rendait souvent visite, parfois à Darjeeling et parfois au Ladakh. Nous recevions des enseignements du même Gourou et pratiquions sous le même toit. En termes d'âge, puisqu'il est mon aîné, je le vois toujours comme mon grand frère. Nous jouions au football ensemble. Nous jouions même au frisbee et montions à cheval dans notre temps libre. Sa Sainteté m'a toujours fait preuve de gentillesse, de bienveillance et de soutien, malgré toutes les difficultés auxquelles nous devons faire face dans nos rôles et lignées respectifs. En raison de nos calendriers bien chargés d'activités, nous ne nous voyions pas assez fréquemment depuis quelques années, jusqu'à récemment.

Pour moi personnellement, l'un des principaux points forts du 5ème ADC fut la présence de Sa Sainteté Drikung Kyabgön. Il a prononcé son discours dans un bon ladakhi, et bien sûr, étant un grand Bodhisattva, il n'aurait aucun problème à communiquer dans toute langue qu'il choisit. Il y a un an environ, j'étais très préoccupé par sa santé. L'ayant rencontré et passé du temps avec lui au Ladakh cette fois-ci, j'étais ravi de constater que sa santé se soit améliorée de façon dramatique, et j'ai grande confiance que nous aurons tous les deux l'occasion de passer d'excellents moments encore et encore. Je ne sais pas si nous pourrions à nouveau jouer au football ou au frisbee. J'ai récemment remarqué que Sa Sainteté avait pris de l'embonpoint, et je suis aussi assez gros maintenant. Nous ne pourrions peut-être pas courir très vite, puisque nous ne sommes plus aussi jeunes. Nous ferons sans doute de l'exercice, apprendre à nager, perdre du poids et nous préparer pour nos vacances ensemble. Sa Sainteté m'a invité à partir en vacances avec lui au Ladakh, et bientôt nous allons certainement monter à cheval et courir partout. J'ai hâte de passer un merveilleux moment avec mon frère dans le Dharma.

Historiquement, nos incarnations passées prenaient naissance dans la même famille. C'est dommage que mes connaissances historiques ne soient pas très bonnes, car je ne m'intéresse pas du tout aux connaissances intellectuelles. Je suis sûr que certains parmi vous connaissez mieux l'histoire que moi.

En tout cas, comme je viens de le dire, essayer de votre mieux de vous réjouir de toutes les bonnes choses que les autres réalisent. Réjouissez-vous profondément avec une motivation positive. Réjouissez-vous avec l'attitude que, « un jour, je suivrai son exemple en réalisant des actions positives », sans penser que, « j'espère qu'il ou elle ne réussisse pas autant pour que je puisse toujours être le meilleur ». Se réjouir est le meilleur remède pour la jalousie et aussi pour les autres émotions négatives. Alors pourquoi ne pas essayer ?


Sa Sainteté Drikung Kyabgön fut notre invité d'honneur au 5ème ADC

 


Photo de groupe au 5ème ADC

Pour plus de photos du 5ème ADC, voir www.drukpa.org.

 

 


 

 

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer