Carrefours, jonctions et ronds-points

le 18 avril 2014

Quand nous étions plus jeunes, nous avions plus de courage pour prendre des risques. Les carrefours, jonctions et ronds-points n'avaient pas beaucoup d'importance parce que nous avions confiance, sans savoir pourquoi, que si nous faisions une erreur, nous pourrions toujours faire demi-tour ou trouver une autre solution. Au fur et à mesure que nous vieillissons, nous avons tendance à devenir plus prudents, plus calculateurs et plus facilement frustrés quand les résultats ne sont pas conformes à nos attentes. Certaines personnes, quel que soit leur âge, sont plus audacieuses et d'autres sont naturellement plus prudentes. Certains n'arrivent même pas à tolérer le moindre détour ; tout doit aller selon leurs plans. Alors 90 % du temps est consacré à planifier et à s'inquiéter que les choses ne vont pas tel que prévu, et 10 % sont consacrés à l'action. Il n'y a rien de mal à cela. Il s'agit seulement d'une personne qui choisit de vivre sa vie à sa manière.

Je crois que je suis du type opposé. Si on me permet une autocritique, alors je suppose que je ne planifie pas beaucoup. Je me contente de mener les activités en fonction de leur cours naturel. Évidemment, parfois il y a du désordre par ci par là qui a besoin d'être arrangé, mais la plupart du temps, je suis fier d'obtenir des résultats créatifs que je n'anticipais même pas moi-même. Comme je le dis toujours, « La vie est plein d'occasions, si on sait les saisir. » En même temps, j'admire ceux parmi mes collègues et mes amis chers qui savent très bien planifier. J'aurais bien aimé avoir quelques-unes de ses compétences et avoir reçu une formation quand j'étais jeune.

En fait, si nous regardons chaque situation et chacun de nous très précisément, nous remarquerions que chacun de nous avance effectivement très seul. Presque tous les jours, nous rencontrons un carrefour, une jonction ou un rond-point. Chaque décision que nous prenons, sur la base de nos expériences passées, de nos attentes et de notre niveau de confiance, nous amène à faire un voyage différent. Parfois nos chemins se croisent, parfois ils se séparent. À certains carrefours, jonctions et ronds-points, il se peut que nous nous rencontrons, qu'on se salue, et que l'on avance ensemble ou dans des directions différentes. Nous appelons cela le karma et les conditions.

Nous avons des accidents en cours de route, et nous prenons nos décisions en fonction de nos propres intuitions et les avis d'autrui. En tout cas, nous décidons par nous-mêmes nos propres destinations. Cela n'a pas vraiment d'importance où nous allons. Je dis toujours que nous devons vérifier notre motivation, c'est tout. Est-ce que notre motivation est nuisible ou sans nuisance ? Les actes commis avec une motivation nuisible finira par nous nuire nous-mêmes. Même si nous n'avons pas la motivation d'un grand Bodhisattva de faire le bien d'autrui, il faut au moins essayer de ne pas leur faire du mal. Rester vigilant vis-à-vis de notre motivation est un travail constant, sept jours sur sept. Cette motivation sera comme un GPS qui nous maintient toujours sur la bonne voie.

Quels que soient les conséquences de nos décisions, voyons-les comme des occasions d'apprendre. Nous devons continuer à remodifier et à corriger nos motivations et nos actes. Si vous voulez l'exprimer dans des termes du Dharma, la vie elle-même est une pratique du Dharma. C'est de quoi retourne toute notre vie entière.

Je suis maintenant au Vietnam depuis plus d'une semaine. Le voyage d'Hanoi, la capitale, jusqu'ici à Ho Chi Minh a été des plus agréables. J'ai une grande confiance et vois un grand avenir pour le Dharma dans ce pays, non seulement grâce à l'organisation impeccable, mais aussi en raison de la motivation altruïste de tous les organisateurs, bénévoles et bienfaiteurs impliqués dans la planification et la mise en œuvre. Le résultat est très clair. Ma présence ici est uniquement pour soutenir les activités du Dharma locales et pour faire le bien des Vietnamiens. Si ces deux objectifs sont atteints, alors mes désirs seront satisfaits. Je tiens à féliciter tous les enseignants du Dharma et les pratiquants au Vietnam pour leur défense des traditions transmises du Seigneur Bouddha à de nombreuses générations de maîtres spirituels. C'est quand le Dharma est pratiqué que la spiritualité peut rester en vie. Du fond de mon cœur, je prie pour que quel que soit le chemin spirituel que chacun de nous choisit, nous la suivions en ayant l'intérêt de tous les êtres fermement dans nos cœurs.

Pour plus de photos, voir www.drukpa.org.

 

 


 

 

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer