Célébrer l'égalité de manière pratique

le 30 mai 2014

Dans la spiritualité, nous insistons beaucoup sur l'importance de l'interdépendance, qui est bien sûr basée sur la loi universelle du karma. En tant qu'êtres humains, nous pensons toujours que nous sommes les plus intelligents, les plus expérimentés, et que nous avons le plus de droits et la première priorité quand il s'agit de s'approprier le monde et les ressources de la terre. Il y a un dicton : « le pouvoir absolu corrompt absolument ». Parce que nous, humains, nous avons le sentiment que la terre nous appartient, nous avons donc progressivement commencé à la négliger et à en abuser, parfois consciemment, parfois inconsciemment. Quand nous souffrons des conséquences négatives, nous avons tendance à oublier que nous avons semé les graines de ces conséquences. Alors nous blâmons notre propre souffrance sur tous les autres, même sur le divin, sans bien réfléchir à nos propres actes, à ce que nous avons fait. Comme vous avez dû l'entendre des millions de fois de ma part, « Nous sommes les créateurs de notre propre tristesse et de notre propre bonheur. » Alors il vaut mieux commencer à être vigilants et à toujours emporter avec nous « un miroir karmique » pour que, avant de blâmer les autres pour nos échecs, nous sortions le miroir et demandions attentivement, « Qu'ai-je fait dans le passé qui fait que je souffre maintenant ? » Cette compréhension analytique nous aidera au moins à ne pas continuer à faire les mêmes erreurs ou à prendre les mêmes décisions, et nous encouragera à toujours rester vigilants vis-à-vis de nos intentions, de nos pensées et de nos actes.

Désolé de m'étendre autant. Ce que j'essaie de dire est que, puisque nous considérons que les humains, nous-mêmes, sont plus intelligents, nous devrions aussi faire de notre mieux pour comprendre plus et apprécier davantage. Comprendre dans le sens que nous partageons tous le même lieu de vie, et que nous devrions essayer de respecter les autres êtres, de protéger la nature et de vivre en harmonie avec la nature. Nous voulons vivre en sécurité et dans le bonheur, sans soucis, mais nous ne créons ni cet environnement, ni les conditions, et pourtant nous continuons à blâmer les autres pour notre mécontentement. Cela n'a aucun sens pour un esprit intelligent.

Récemment au Ladakh, il y a des soulèvements contre les chiens errants. Le nombre de cas de morsures de chiens a augmenté de façon spectaculaire. J'ai été informé qu'environ 250 à 300 millions de chiens errants parcourent notre planète (4 % de la population mondiale). Aucun pays n'a autant de chiens errants que l'Inde. Ils vivent dans des endroits sales, se nourrissent dans les poubelles et sont très sujets à des maladies. Environ 20 000 personnes en Inde meurent chaque année d'une infection rabique.

Beaucoup de gens appellent à l'aide. Est-ce que les abattages résoudront les problèmes ? Je ne pense pas. Il a été prouvé dans d'autres villes et d'autres pays que l'abattage en masse n'aidera pas. Alors après de nombreuses discussions avec mes amis et étudiants, et notamment avec Son Éminence Drukpa Thuksey Rinpoché et son équipe, ainsi que les autorités au Ladakh, nous pensons tous que quelque chose de plus efficace doit être fait immédiatement. Ainsi, avec l'aide de Live to Love, les autorités locales, des particuliers et des groupes, et sous la direction de Son Éminence Drukpa Thuksey Rinpoché, l'Association des jeunes Drukpa (YDA) a commencé des opérations de sauvetage, de stérilisation et de vaccination, ainsi que la construction d'un abri massif pour les chiens dans un sanctuaire pour animaux.


Son Éminence Drukpa Thuksey Rinpoché et Padma Tashi,
Président de l'YDA au Ladakh, étudiant la situation


Le 31 mai, c'est-à-dire demain, avec le soutien sur place de Son Éminence Drukpa Thuksey Rinpoché en train de guider les membres de l'YDA, nous serons les témoins du premier coup de pioche pour notre Sanctuaire pour animaux au Ladakh, qui à terme, on l'espère, devrait s'occuper de milliers d'animaux jusqu'ici privés de soins, négligés ou abusés. Le sanctuaire commencera par les chiens, et je crois que progressivement d'autres espèces y seront accueillies. En plus de la plantation des arbres, ce projet figure parmi ceux qui me tiennent le plus à cœur. Depuis quelque temps je collecte des fonds pour le projet et ai récemment réservé une grande partie de la terre de Nang offerte par les habitants ladakhis locaux à cette fin. Je suis vraiment désolé de ne pas pouvoir assister personnellement au lancement de ce programme, puisque je pars aux États-Unis dans quelques heures. J'ai hâte de recevoir des nouvelles du projet.

Enfin, j'espère que vous tous, mes amis et étudiants qui souhaitent pratiquer la Bodhicitta de manière pratique, vous allez vous joindre à moi en soutenant la construction du Sanctuaire pour animaux. Après tout, de nombreux textes sacrés disent qu'accomplir des actes positifs au cours du mois sacré de Saga Dawa commémorant la naissance, l'éveil et la parinirvana du Bouddha, donneront lieu à des centaines de millions de karma positif. Pour cette raison, et pour la raison principale que nous sommes des adeptes du Bouddhadharma et des pratiquants de l'amour bienveillant et de la compassion, réunissons-nous et réalisons ce projet ensemble. Live to Love vient de préparer des informations détaillées à ce sujet. Je vous encourage à prendre le temps de les lire ici : Live to Rescue – Vivre pour secourir.

Pour plus de photos, voir www.drukpa.org.

 

 


 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer