Mon cœur empli de larmes

le 5 mars 2016

J'ai passé une journée entière à Tatopani, dans la région de Sindhupalchok, l'endroit le plus affecté par le tremblement de terre d'avril 2015 où les nonnes et les yoginis de Sengdrak Rinpoché ont perdu leurs maisons, où plusieurs milliers ont perdu leur vie et où bien plus ont perdu leurs bien-aimés. J'étais assez heureux de voir le processus de reconstruction qui progressait graduellement et la plupart des gens qui emménageaient dans des maisons temporaires, en attendant les maisons en dur que l'on espère bientôt prêtes. Quand je suis retourné à Katmandou, on m'a amené à un hôtel où une célébration était organisée pour mon anniversaire occidental par mes nonnes et quelques-uns de mes vieux amis et des dignitaires. J'ai passé une bonne soirée entouré de mes vieux et nouveaux amis, et profité de plein de danses traditionnelles népalaises, de rires et de bons plats végétariens.

Cependant, il y a tout juste une demi-heure, j'ai reçu un appel de l'un de mes amis en Inde qui demandait des prières pour un jeune garçon de 16 ans de Dehra Dun, connu sous le nom de Dorjé Tsering, qui est décédé suite à son auto-immolation. Je n'ai pas pu retenir mes larmes en entendant cette nouvelle qui me brisait le cœur. Mes prières vont vers sa famille et tous ceux qui l'aimaient, et plus important, mon cœur va vers lui-même.

Il y a eu presque 150 cas d'auto-immolation au sein de notre communauté bouddhiste. Je ne vois aucun résultat positif de ces actes. S'il vous plaît, investiguer et vérifier si c'est vraiment utile d'agir ainsi. Du point de vue du Bouddha, les renaissances humaines sont très précieuses. Nous disons qu'il est presque impossible d'obtenir un corps humain, et une fois que vous l'avez, vous ne devriez pas le gâcher parce qu'il est peu probable d'en obtenir un autre. Une précieuse vie humaine est une qui réunit les conditions favorables, telles que de se trouver dans un endroit où vous êtes libre de pratiquer la spiritualité, où vous êtes doté de toutes les facultés sensorielles humaines, et où vous avez accès aux enseignements spirituels et vous y intéressez.

Puisque nous avons une forme humaine, nous devons nous en servir à des fins individuelles et collectives. Si vous voulez servir votre propre communauté, vous devez avoir un corps, et si vous voulez servir vos propres intérêts, vous devez avoir un corps. Si vous êtes d'accord avec moi, nous ne devons plus nous tuer. Au contraire, nous devons nous maintenir en assez bon état et bonne santé afin de vivre longtemps pour servir le Bouddha Dharma et tous les êtres sensibles, et pour atteindre nos buts.

Les auto-immolations ne pourront rien résoudre et ne feront que donner une image désespérée des bouddhistes et réduire la pertinence du Bouddha Dharma. Il se peut que nous finissions par être appelés des « auto-terroristes ». Il y a différentes sortes de terrorises : ceux qui détruisent les autres, et ceux qui se détruisent eux-mêmes. En tout cas, ils sont tous des terroristes. Par de tels actes, nous engendrons du karma négatif, des impressions négatives et des renaissances négatives, et ne réalisons aucun objectif. Nous devrions profiter pleinement de cette vie pendant que nous sommes encore là. Y mettre délibérément fin est une tragédie dénuée de sens d'innombrables points de vue, quelle qu'en soit la cause.

C'est vraiment ironique que je célébrais mon anniversaire occidental il y a quelques heures en pensant, « qu'est-ce que j'ai de la chance d'avoir obtenu une forme humaine », et puis il y a un instant, d'apprendre qu'un jeune homme est décédé en s'auto-immolant. Non seulement dans ce cas, mais la plupart des auto-immolations sont faites par des jeunes plein de vie, qui auraient pu utiliser leur énergie à en faire un monde meilleur. J'espère, et prie sincèrement, que je ne recevrai plus jamais ce genre de nouvelle triste au sein de notre communauté à l'avenir.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



© Le Douzième Gyalwang Drukpa. Sauf mention contraire, le copyright de tout le contenu de ce site internet appartient au Douzième Gyalwang Drukpa. Aucune partie de ce site ne peut être dupliquée, stockée ou transmise sous quelle que forme ou par quel que moyen que ce soit
(y compris électronique, mécanique, photocopie ou enregistrement) sans l'autorisation écrite préalable du Douzième Gyalwang Drukpa.

Association Drukpa Humanitaire  |  Publications internationales Drukpa  |  École Druk Péma Karpo 
Nonnerie Druk Gawa Khilwa
| Vivre pour Aimer